Archives du mot-clé : SRN

Morez, cité lunetière desservie par le rail, est le point de départ idéal pour d'originales traversées du Haut-Jura sur plusieurs jours, à condition que l'enneigement soit suffisant en basse altitude.

Tout avait commencé par une panne de voiture. Mon fier destrier était hors d'usage. J'allais devoir me creuser les méninges, partir directement de la maison et trouver une randonnée nordique sympathique dans les environs immédiats. Pourquoi pas passer par la Roche au Dade et vagabonder sur l'itinéraire Morez - La Mouille... une bonne âme acceptera sans doute de me prendre en stop au retour...
Près de l'arrivée de l'ancien téleski des Lattes, itinéraire de SRN Morez - La Mouille
Au-dessus du hameau des Lattes, juste à côté de l'arrivée de l'ancien téléski. Une de ces sympathiques remontées mécaniques de village qui rendait les joies de la glisses accessibles à tous... las, aujourd'hui le ski devient un luxe.

...lire la suite

la légèreté et la simplicité du matériel sont inscrites dans l'ADN du telemark... ces 2 qualités font de la résistance! On parle aujourd'hui de telemark léger !

Le matériel dédié au telemark s'est considérablement alourdi ces dernières années. On est passé des chaussures basses en cuir et des skis étroits à des planches très larges et à des chaussures et fixations aussi rigides que lourdes. Parallèlement, le marché du telemark s'essouffle... l'engouement des années 2000 est retombé. Peut-être à cause de cette ultra-spécialisation de l'équipement. Un vent de renouveau semble venir de la randonnée nordique et confirmé par une tendance visible au dernier Outdoor Retailer Winter trade show aux Etats-Unis (lire à ce sujet l'article de Craig Dostie sur son blog : OR Winter 2011 – renewed interest in Tele Lite).
Ski de randonnée nordique aux Glières
Avec des skis de telemark courts et légers et des chaussures pas trop hautes, la marche redevient un plaisir. Cette photo n'a pas été prises dans les Alpes du Sud mais sur le plateau des Glières au milieu du mois de février 2011. Comme le fart de retenue compatible avec la colle des peaux est moins performant que les écailles sur de la neige transformée, les semelles des skis sont revêtues de leurs habits de mohair. - (Photo Laurent Cacheux)

...lire la suite

Une solution anti-crise pour tester le SRN ou idéale pour des skis d'enfant!

Le matériel neuf vous paraît trop cher, vous avez envie de bricoler. Prenez une vieille paire de ski de randonnée alpine et transformez-la en de magnifiques ski de randonnée nordique. Ajoutez une fixation norme 75 3pins et le tour est joué.

Réaliser des telles écailles demandera un peu de dextérité, mais cela vous permettra d'ajouter un système de retenue efficace et réparable, contrairement aux écailles surmoulées qui n'aiment pas les rayures.

Des paysages typiques du SRN ou ski de randonnée nordique dans le Jura, du vent, tout cela caractérise cette marche tranquille à travers les sapins au-dessus du village de Bois d'Amont. Ce secteur est situé dans le District Franc Fédéral du Noirmont et ne pourra plus être parcouru librement en hiver. Cette petite vidéo est en quelque sorte une "archive" d'un temps révolu, celui ou l'on pouvait circuler sans entraves en montagne l'hiver.

Découvrez des propositions de sorties en SRN ou ski de randonnée nordiques, principalement dans les massifs du Jura et des Aravis.
Les itinéraires proposés ont été parcourus (souvent plusieurs fois) par mes soins, et les traces relevées avec un GPS. Un patient travail de correction des altitudes permet de donner le profil le plus juste possible de l'itinéraire.
De nombreux tuyaux et astuces utiles sont partagés.
Auteur de topo-guides de randonnées et d'itinéraires skiables ("Promenades pour tous autour du Lac d'Annecy", "Bornes-Aravis - Terrains de Glisse" co-écrit avec Pierre Tardivel et plusieurs articles pour le magazine "Alpinisme et Randonnée"), j'ai souhaité partager mes secteurs préférés sur la toile.
Bonne lecture et n'hésitez à mentionner vos remarques dans les commentaires...
Salutations montagnardes,
Jean-Christophe Roumailhac

Ski de randonnée nordique dans le massif du Jura

Le massif du Jura est particulièrement bien adapté à la pratique du ski de randonnée nordique, de la petite sortie d'initiation à la grande traversée. La variété des paysages rencontrés, son côté sauvage, ses combes typiques séduiront le randonneur.


3 derniers itinéraires

 

Ski de randonnée nordique dans les Bornes et Aravis

Le massif des Bornes et Aravis est surtout connu pour ses très beaux itinéraires de ski de randonnée alpine. De belles zones peu pentues, d'agréables plateaux permettent de pratiquer le SRN au pied de superbes sommets et certaines pentes combleront les amateurs de descente.


3 derniers itinéraires

 

 

le secteur de Longchaumois dégage un charme particulier et l'on s'y sent bien, loin de l'agitation des usines à ski...

Au-dessus de Rosset et Longchaumois, un joli petit tour, idéal quand on a peu de temps devant soi ou si l'on veut découvrir le ski de randonnée nordique. Le départ des pistes de ski de fond du Poteau est tout proche, et la ferme isolée Chez la Comtesse est très typique de ce secteur du Haut-Jura.
Chez la Comtesse dans le Haut-Jura
La typique ferme du Haut-Jura, au lieu-dit "Chez la Comtesse", sous la neige et le froid en fin de journée.

...lire la suite

un vallon sympathique à fréquenter uniquement quand le manteau neigeux est stable!

Se promener sous les yeux rieurs d'une harde de chamois, en quête de nourriture dans les pentes raides, herbeuses et souvent déneigées sous l'action des coulées de neige du versant Est de la montagne de Sulens, découvrir une surprenante étrave anti-avalanche à l'arrière d'un chalet d'alpage, s'émerveiller devant la beauté de l'extrême Sud de la chaîne des Aravis...
Voici ce qui vous attend en partant randonner en direction de la pointe du Plan du Tour.
Jocelyn au Plan du Tour - Aravis
Jocelyn, légèrement au-dessus du Plan du Tour un jour de soleil et de neige fraîche.

...lire la suite

Suite à une actualité publiée sur le site du ski de randonnée nordique, après une discussion passionnée et animée, Stéphane Sanchez a proposée cette cotation qui semble faire l'unanimité. Nous avons décidé de l'utiliser pour coter la difficulté des descentes dans nos itinéraires. Laissons lui la parole.

L'essence du SRN est entre autre à trouver dans l'absence de dichotomie entre la montée et la descente. Cependant, il semble que procéder à cette dichotomie peut permettre de proposer une cotation pratique et objective:

  • le kilométrage et les indications sur le dénivelé, permettent de donner un bon ordre d'idée sur la difficulté physique du parcours
  • les problèmes inhérents à la difficulté technique en montée, sont éludés par la possibilité d'utiliser les peaux.
  • les difficultés techniques en descente sont abordées dans cette cotation, en s'appuyant sur un matériel de référence, qui me semble donner du sens au découpage proposé (ski polyvalent, chaussure souple de N75).

La liberté de talon du SRN (Ski de Randonnée Nordique) entraîne un certain nombre de plaisirs et, ou problèmes en descente qui impliquent un développement des différentes cotations dans des plages de difficultés de terrain (degré de pente, obstacles,..) qui me semblent devoir être moins larges que celles du SRA (Ski de Randonnée Alpine).

La proposition de cotation s'appuie sur une analyse qui prend en compte l'emploi d'un ski dit "polyvalent" (autour de 70 mm au patin et avec une taille de guêpe), monté en Norme 75, avec usage de chaussures souples.

Pour autant elle reste valable pour des skieurs sur du matériel plus fin, qui devront aborder les difficultés en descente avec plus de prudence, particulièrement dans les neiges croûtée. Les efforts nécessaire pour descendre avec ce type de matériel peuvent être compensés par des économies d'énergie dans les partie montante, surtout si le manteau neigeux est peu profond.

Pour des skieurs qui évoluent sur du matériel plus large, il conviendra d'être plus prudent sur les cotations en descente, dès lors que la neige sera dure. Dans toutes les autres neige, ce type de matériel entraîne plutôt des facilités en descente.

La cotation proposée, est une cotation globale sur l'ensemble de l'itinéraire.
Je propose: que jusqu'à 3 passages incontournables de moins de 100m, ou un passage de moins de 300m dans une cotation supérieure:
les difficultés seront mentionnées et cotées sans impacter la cotation globale.

Cette proposition peut sembler assez arbitraire, mais elle repose sur les idées suivantes:

  • La qualité de la progression d'un skieur est en grande partie liée à ses dispositions psychologiques.
    Là dessus personne n'est égal. Cependant quand on a déjà déchaussé 3 fois 100m sur de la neige très dure, croûtée ou profonde, on a déjà laissé des plumes, tant sur le plan physique, que sur le plan psychique (même si ça peut être plus ou moins conscient), qui font que le skieur ne sera plus forcément dans les disposition optimales, pour se sentir au mieux de sa forme dans du terrain qui correspond à sa zone de confort théorique.
    (sans doute certains d'entre vous sont très à l'aise avec l'idée de déchausser, et de marcher avec aisance dans tous types de neige, j'aimerais que ce soit le cas de tout le monde, mais ça ne me semble pas si évident pour beaucoup de gens) A vous de me dire ce que vous en pensez.
  • La cotation proposée décrit des difficultés de terrain et des dispositions techniques pour aborder l'itinéraire en neige douce (neige fraîche, plus ou moins froide, ou neige transformée qui porte, mais reste agréable skier car légèrement ramollie en surface par l'action du soleil).

Si la neige est dure j'inviterais le skieur à étudier une possibilité d'itinéraire dans la cotation juste inférieure.

Si la neige est croûtée ou s'il s'agit d'un manteau neigeux de printemps pourri par le réchauffement (neige qui défonce de manière intempestive), j'inviterais le skieur à se reporter sur des itinéraires décrit dans des cotations inférieures de 2 niveaux par rapport à la description qui correspond à une aisance en neige douce.
Proposition de cotation:

D'un point de vue sécurité, il est toujours préférable en montagne d'évoluer en étant bien accompagné que tout seul.

Cependant une personne qui n'aurait jamais pratiqué de ski, peut toute fois sans trop prendre de risques, s'essayer au SRN sur des terrains rigoureusement plat sur neige dure ou croûtée. Sur une neige douce, il est possible d'aborder sans trop prendre de risque des pentes dépourvues d'obstacles de moins de 7 à 8°, pas trop longues et présentant un arrêt naturel au plat ou en montée.

SRN1: pentes de 0 à 7-8°, terrain large et dépourvu d'obstacle.

  • Maîtrise du chasse neige freiné

SRN2: pentes de 7 à 15° en terrain large et dépourvus d'obstacles, ou pentes inférieures à 8° dans un terrain comportant quelques obstacles

  • Maîtrise du chasse neige virage.

SRN3: de 15 à 20° en terrain large et dépourvu d'obstacle, ou en pente inférieure à 15° dans un terrain présentant quelques obstacles, ou en secteur forestier peu dense dans des pentes inférieures à 8°

  • Maîtrise du stem.

SRN4: de 20 à 25° en terrain large et découvert, ou en pente inférieure à 20° présentant quelques obstacles, ou en couvert forestier peu dense dans des pentes qui n'excède pas 15°.

  • Bonne maîtrise des conduites dérapées.
  • Bon contrôle de ses skis en dérapage latéral

SRN5: de 25 à 35° en terrain large et découvert, ou en pentes inférieures à 25° présentant quelques obstacles, ou en couvert forestier peu dense dans des pentes qui n'excèdent pas 20°.

  • Très bonne maîtrise des virages dérapés
  • Très bon contrôle de ses skis en dérapage latéral
  • Le skieur dans des pentes plus faible est également à l'aise avec des conduites "carvées" (conduite sur les carres sans dérapage) sur neige dure.

SRN6: un monde qui n'est pas imaginaire, mais au dessus de SRN5, où le skieur sait où il va, pourquoi il y va et n'a pas besoin ni de topo, ni de cotations.

la pointe d'Orsière est un magnifique belvédère sur une des zones les plus escarpées de la chaîne des Aravis

Cross-Country Downhill, qu'est-ce donc que cette bête? Ce terme a été utilisé par un américain, Steve Barnett qui utilisait du matériel léger (ski de fond) pour parcourir les montagnes à la fin des années 1970 aux États-Unis.Aujourd'hui, les skis de randonnée nordique taillés pour la descente sont plus larges, paraboliques et permettent de se faire plaisir bien plus facilement. Leurs écailles sont très efficaces dans des terrains comme la pointe d'Orsière et leur fixations norme 75, alliées à de bonnes chaussures permettent de retrouver le plaisir nordique de la marche. Cet équipement est à mon avis plus adapté à ce type d'itinéraires que les classiques ski de randonnée alpine qui s'exprimeront mieux dans de plus fortes pentes... et la pointe d'Orsière est un magnifique belvédère sur une des zones les plus escarpées de la chaine des Aravis.
Ski de randonnée nordique, itinéraire de la pointe d'Orsière
Itinéraires de la pointe d'Orsière et du Plan du Tour. En rouge, la descente directe sous le Macheux

...lire la suite

4 Commentaires

la combe de l'Urty, étroite et calme, est un vrai bijou à découvrir pour le skieur de randonnée nordique

Le secteur de Longchaumois, situé entre Morez et Saint-Claude, dans le parc du Haut-Jura, ne manque pas de charme avec ses fermes traditionnelles et leurs greniers forts. Comme son altitude est modeste, il vaut mieux le parcourir au coeur de l'hiver et prendre soin des passages dans les clôtures  L'endroit reste sauvage, et la combe de l'Urty, étroite et calme, est un vrai bijou à découvrir pour le skieur de randonnée nordique. Le passage de la colline entre les deux combes pimentera cette agréable et tranquille randonnée.
Ski de randonnée nordique dans le parc du Haut-Jura vers Longchaumois
Un itinéraire qui vous fera parcourir en ski de randonnée nordique une combe isolée du côté de Longchaumois. On aperçoit sous le gros nuage, les bâtiments de la Ruchette, juste avant l'entrée dans la très étroite combe de l'Urty.

...lire la suite