Présentations

Share

Jean-Christophe
En ski de randonnée nordique, sur le plateau des Glières (Haute-Savoie)

Se présenter n'est pas un exercice facile.

Commençons par le plus simple comme l'âge et le nom. Je m'appelle Jean-Christophe Roumailhac, j'ai 50 ans, un âge auquel on commence à avoir un peu de recul sur l'existence et ses priorités essentielles.

J'ai toujours aimé parcourir la nature et la montagne, et je le confesse, les pays trop plats me rendent tristes. La montagne que j'aime est joyeuse, vivante... mais non-exempte de dangers.

J'aime la contemplation, l'aventure, le bivouac mais aussi tous les bons produits sauvages ou cultivés, un bon génépy maison facilite le partage et crée des liens.

Les records, la course, la compétition  exacerbée, le culte de la vitesse et du dénivelé cumulé m'ont passé, tout comme l'âge des boutons d’acné.

Je préfère saluer les hermines, les blanchots ou profiter d'une belle lumière.

J'adore poser mes mains sur le rocher, imaginer des lignes d'ascensions et par-dessus tout tracer de belles courbes dans les pentes enneigées de préférence.

Écrire est une de mes passions vitales, pour partager des émotions ou de belles rencontres mais aussi pour soigner un vilain burn-out, qui a eu raison de mes capacités de concentration.

Voilà pourquoi montagn.com existe !

Bonne lecture.

Jean-Christophe

Un blanchot ou blanchon est un lièvre variable, blanc en hiver avec un peu de noir sur les oreilles. Sa grande timidité et sa prudence le rendent difficile à observer alors que l'on rencontre fréquemment ses traces.
Pour être informés sur nos nouveaux articles et ajouter des commentaires, inscrivez-vous comme membre.

Une pensée sur “Présentations

  1. Joseph

    Bonjour,

    Merci pour votre site. C'est très sympa d'avoir partagé vos itinéraires, je cherchai comment présenter ce que j'appelle la promenade en ski de fond à une amie et je me suis empressé de la rediriger vers votre site.
    Pour ma part j'ai commencé la promenade en ski de fond au début des années 1980 dans les Vosges sur des domaines qui n'étaient pas tracés et je garde d'excellents souvenirs de chemins forestiers transformés en montagnes russes par les congères, de grandes pistes forestières transformés en petites sentes où se faufilent une trace de ski de fond. Maintenant il faut faire preuve de plus d'imagination pour trouver des endroits encore vierges.
    Bon ski,
    Joseph

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *